III) Quel est l'impact de l'Homme sur le mode de vie des cétacés ? Comment y remédier ?

            Certains faits divers peuvent nous amener à nous interroger sur l'impact de l'homme sur la vie des cétacés. Plusieurs échouages massifs ont été constatés quelques heures à peine après des expériences acoustiques effectuées par des militaires: Par exemple en 2002, la flotte de l'OTAN faisait un exercice entre les Canaris et le détroit de Gibraltar, et utilisait des sonars. La même journée, 14 baleines à becs sont retrouvées mortes sur les plages voisines. Lors de l’autopsie, les médecins découvrent des lésions provoquant jusqu'à des saignements dans l'oreille interne des animaux.

           Plus récemment, du 27 Novembre au 02 Décembre 2011, la marine italienne a mené un exercice d’envergure connu sous le nom de « Mare Aperto » en mer Tyrrhénienne et en mer Ionienne et dans l’Adriatique avec des navires équipés de deux systèmes de sonars actifs. Le 01 Décembre, environ 10 baleines à bec de Cuvier se sont échouées sur la côte Ouest de Corfou. 

          En mars 2000, aux îles Bahamas, 17 cétacés se sont échoués alors qu'au même moment le système de sonar de la Marine Américaine était testé en mer. 

          En mai-juin 2008, un échouage massif d'une centaine de dauphins a eu lieu à Madagascar. La veille de ces échouages un bateau de recherche pétrolière de la société Exxon Mobil, équipé des puissants sonars partait en mer. Un autre cas semblable s’est produit à Zanzibar où 700 dauphins se sont échoués en une seule fois. 

images-anael.png

En 2005, suite aux essais de sonars militaires sur l’île de San Diego, une base militaire américaine, un cachalot s’échoue sur les côtes de l’île Maurice. L’autopsie du cétacé montre clairement les signes d’une hémorragie au niveau de son système auditif, qui l’aurait rendu sourd et aurait causé sa mort. En effet, la base militaire testait un nouveau système de sonar actif, connu sous le nom de LFAS, conçu pour émettre jusqu'à 240 décibels (dB).

Depuis ces faits divers, les marines se sentent concernées et participent avec des ingénieurs, des personnes en charge de la sauvegarde des cétacés et des vétérinaires à des campagnes d'émissions sonars de manière à déterminer l'impact réel des émissions actives sur les cétacés.

Nous allons maintenant essayer de comprendre s’il existe un réel impact de l'homme sur les cétacés.

 

           Il faut savoir que l’échelle de bruit pour un homme s’étend de 0dB (seuil d’audibilité) à 120 dB (seuil de douleur). Les sons de notre quotidien sont entre 30dB et 90 dB.

  *Quand le gène dépasse le niveau de la simple nuisance et qu'il peut affecter l'acuité auditive et la santé des êtres vivants dans leurs écosystèmes, alors on parle de pollution sonore.

  *Au dessus de 186 dB, un cétacé passe dans un niveau létal (la mort). Or les sonars actifs émettent des ultrasons avec des niveaux de bruits très élevés (> à 200 dB).

decibels-1.gif

Source image : http://www.cis-basse-normandie.fr/audition_decibels.html

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site